Le plaidoyer du Conseil suisse de la science à l’occasion de ses 50 ans: la qualité avant la quantité

Berne, 05.10.2015 - La qualité est la marque des prestations d’exception dans le domaine de la science et de l’innovation, mais une évaluation purement quantitative ne rend pas compte de toute sa dimension. C’est à cette conclusion que le Conseil suisse de la science et de l’innovation arrive dans l’étude qu’il a réalisée à l’occasion de son cinquantenaire. L’encouragement de la relève scientifique fait aussi partie des défis qui se posent au domaine FRI.

Le Conseil suisse de la science et de l’innovation (CSSI) est l’organe consultatif indépendant de la Confédération pour toutes les questions de politique scientifique. A l’occasion de son cinquantième anniversaire, il présente une étude qui analyse la collaboration entre les institutions cantonales et fédérales du domaine de la formation, de la recherche et de l’innovation en Suisse (Les constellations d’acteurs du système suisse de la formation, de la recherche et de l’innovation, 3/2015). Cette étude s’interroge sur les conditions propices au développement de la science et de l’innovation. 

Se distinguer par la recherche fondamentale et le degré d’internationalisation

Selon le CSSI, le fort ancrage de la recherche fondamentale et le financement commun de la formation et de la recherche par la Confédération et les cantons sont les deux principaux piliers du système FRI. Ils garantissent un cadre favorable à l’innovation en Suisse. Les autres avantages du paysage scientifique suisse sont sa diversité, son haut degré d’internationalisation et sa bonne dotation financière, sans oublier l’attitude des autorités politiques, qui se gardent de toute ingérence dans l’autonomie des hautes écoles.  

L’un des points faibles du système FRI suisse est l’encouragement de la relève scientifique. Il s’avère très difficile pour les jeunes chercheurs de concilier vie professionnelle et vie de famille. Le système se caractérise en outre par une relève universitaire venant en grande partie de l’étranger, une situation qui risque de montrer ses limites sur le long terme. Les hautes écoles restent certes tributaires d’un recrutement des meilleurs chercheurs sur la scène internationale, mais elles ne doivent pas pour autant perdre leur ancrage régional. Par conséquent, le CSSI préconise la création de postes de professeurs assistants avec prétitularisation conditionnelle (tenure track) et de postes à long terme après le doctorat, qui ouvrent des perspectives professionnelles supplémentaires. 

Se détourner du mesurable et du dénombrable pour les activités intellectuelles

Dans son étude, le CSSI pointe des développements qui nuisent à la recherche et à l’innovation en Suisse. Au cours des dernières années, on a vu apparaître des systèmes incitatifs et des instruments de mesure des prestations visant à augmenter l’«efficacité» de la science. Les nouveaux indicateurs de réussite dans le domaine scientifique s’appellent volume de fonds tiers et nombre de publications et de citations. Ces données chiffrées sont trompeuses, car elles rendent compte des activités intellectuelles en des termes réducteurs, purement mesurables et comptables. En cela, leur utilisation va à l’encontre de la nature même des travaux scientifiques. La quantité remplace la qualité et la créativité des chercheurs est étouffée. 

Le CSSI plaide donc pour une nouvelle manière d’aborder l’évaluation dans le monde scientifique afin d’en faire un processus fondé avant tout sur la confiance. Il prône une simplification maximale des procédures d’assurance qualité. Le but premier doit être de renforcer la motivation des chercheurs en leur faisant confiance dès le début. Ce n’est pas le contrôle absolu, mais la confiance et le dialogue qui font les grandes réussites. 

Les 5 et 6 octobre, à Berne, le CSSI débattra de ses thèses et de ses recommandations avec des acteurs nationaux et internationaux du domaine scientifique. Son étude est disponible sur le site www.swir.ch.          


Adresse pour l'envoi de questions

Marco Vencato
Secrétariat CSSI
Einsteinstrasse 2
CH- 3003 Berne
+41 58 462 75 78



Auteur

Conseil suisse de la science et de l’innovation
http://www.swir.ch/fr/

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-58947.html