Premier commentaire en allemand de la Convention de l’ONU sur les droits des femmes

Berne, 03.09.2015 - La Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) est l’instrument le plus important pour défendre les droits des femmes. Le premier commentaire en langue allemande de ce traité a été présenté aujourd’hui au grand public. C’est un outil précieux pour améliorer la mise en œuvre de la convention.

« Nos pays sont appelés à faire progresser l'application de la convention de l'ONU », ont déclaré la ministre fédérale autrichienne de l'éducation et des femmes, Gabriele Heinisch-Hosek, et le conseiller fédéral et chef du Département fédéral de l'intérieur Alain Berset, dans leur préface commune du commentaire de la convention. Dans cette optique, le commentaire, outil destiné aux législateurs, aux instances judiciaires et à l'administration des deux pays ainsi qu'aux organisations non gouvernementales, a un rôle important à jouer. En outre, il propose une comparaison de la pratique en Suisse et en Autriche.

Lors du vernissage organisé pour l'occasion, Sylvie Durrer, directrice du Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes BFEG, a affirmé : « Nous avons la conviction que le commentaire nous sera d'une grande utilité dans la pratique pour nous rapprocher de l'objectif
d'une égalité complète entre femmes et hommes. »

Pilier de la protection des droits humains au niveau international, la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF), qui date de 1979, joue un rôle central dans la concrétisation des droits des femmes et pour l'égalité entre femmes et hommes. A ce jour, 188 Etats y ont adhéré. Elle est entrée en vigueur en Suisse en 1997, devenant ainsi partie
intégrante du droit fédéral.

Comme le montre le quatrième et cinquième rapport de la Suisse sur la mise en œuvre de la CEDEF, des progrès importants ont été accomplis dans l'égalité entre femmes et hommes depuis la ratification de la convention. Mais des injustices subsistent : le quotidien de nombreuses femmes, en Suisse comme ailleurs, reste marqué par la discrimination. En Suisse, beaucoup de femmes gagnent toujours moins que leurs
collègues masculins et elles sont nettement sous-représentées dans les positions dirigeantes. En moyenne, la violence domestique tue deux personnes par mois, et trois victimes sur quatre sont des femmes.

Le commentaire d'environ 1300 pages a été publié conjointement par Judith Wyttenbach, professeure à l'Institut de droit public de l'Université de Berne, Silvia Ulrich, professeure à l'Institut Legal Gender Studies de l'Université Johannes Kepler de Linz, et Erika Schläppi, juriste et
docteure en droit. Il a bénéficié du soutien financier du Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes BFEG et du Ministère autrichien de l'éducation et des femmes.


Adresse pour l'envoi de questions

Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes
Schwarztorstrasse 51
3003 Berne



Auteur

Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes
https://www.ebg.admin.ch/ebg/fr/home.html

Secrétariat général DFI
http://www.edi.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-58576.html