Utilisation accrue des services de cyberadministration en Suisse

Berne, 31.08.2015 - L'étude comparative qui vient d'être publiée à propos de la cyberadministration indique que l'utilisation des services relevant de ce domaine est en progression constante en Suisse en 2015. Par rapport à ceux des autres pays examinés, les citoyens suisses interrogés se déclarent très satisfaits des prestations électroniques que les autorités leur fournissent à l'heure actuelle. L'étude montre toutefois qu'un grand nombre d'offres sont encore inconnues. La Suisse est aux avant-postes pour ce qui est de la notoriété et de l'utilisation des services relatifs au libre accès aux données publiques.

A la fin de juillet 2015, l'association d'utilité publique «Initiative D21» a fait paraître sa sixième étude comparative sur la cyberadministration. Cette étude s'intéresse en premier lieu au degré de satisfaction et d'utilisation lié aux services de cyberadministration proposés par l'Allemagne, l'Autriche, la Suède et la Suisse. Chaque année, elle examine en outre l'importance des nouvelles technologies et évolutions. A ce titre, l'étude de 2015 aborde les thèmes du compte citoyen numérique (disponible uniquement en Allemagne et en Autriche), de l'administration mobile et du libre accès aux données publiques.

Résultats réjouissants au niveau de l'utilisation et de la satisfaction

L'utilisation des services électroniques mis à disposition par les autorités helvétiques progresse constamment. Au total, 69 % des citoyens suisses interrogés dans le cadre de l'étude déclarent avoir eu recours à des prestations de cyberadministration en 2015 (+ 11 % par rapport à 2012). Cette nette augmentation contraste avec la croissance timide relevée en Suède (+ 5 %) et en Autriche (+ 6 %) et surtout avec le recul noté en Allemagne. L'étude montre en outre que c'est en Suisse que le degré de satisfaction est le plus élevé pour ce qui est de l'offre proposée en matière de cyberadministration. Les personnes interrogées estiment toutefois que les autorités doivent assurer un meilleur suivi de leurs prestations électroniques en informant davantage les citoyens sur le statut de leur demande. Si elles veulent continuer à améliorer l'utilisation de leurs services électroniques, les autorités suisses doivent se concentrer en particulier sur la convivialité et la notoriété de ces derniers. Les ruptures de médias, les difficultés d'utilisation, la structure complexe des sites Internet et le manque de notoriété sont les principaux obstacles auxquels les personnes interrogées renvoient quant à l'utilisation des services suisses de cyberadministration.

Signes encourageants pour les offres d'administration mobile et de libre accès aux données publiques

Les citoyens suisses interrogés se montrent également satisfaits des services d'administration mobile que les autorités de leur pays leur proposent. Près de deux tiers d'entre eux accordent en effet une grande importance aux terminaux mobiles pour ce qui est des contacts avec les autorités et approuvent les efforts de ces dernières liés au développement de services de cyberadministration utilisables sur tous les types d'appareils. En comparaison internationale, la Suisse obtient de loin les meilleurs résultats dans le domaine du libre accès aux données publiques, service auquel 70 % des personnes interrogées ont eu recours au moins une fois. Les indices d'utilisation les plus élevés concernent les portails de données. Pour les citoyens suisses, le principal avantage du libre accès aux données publiques réside dans le fait que les utilisateurs peuvent ainsi savoir ce que les autorités font des données récoltées. Beaucoup espèrent que cette transparence permette à l'administration de gagner en efficacité.


Adresse pour l'envoi de questions

Gisela Kipfer
Kommunikationsverantwortliche ISB
+41 (0)58 465 04 64
gisela.kipfer@isb.admin.ch



Auteur

Unité de pilotage informatique de la Confédération
http://www.upic.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-58509.html