Médicaments contre l’hépatite C : conditions pour le remboursement élargies

Berne, 27.07.2015 - Le remboursement de certains médicaments contre l’hépatite C va être élargi à de nouveaux cercles de patients. L’Office fédéral de la santé publique a décidé d’une extension de la prise en charge par l’assurance obligatoire des soins pour la combinaison Viekirax et Exviera, ainsi que pour Olysio, dès le 1er août 2015. Cet élargissement de la limitation s’accompagne d’une baisse de prix des traitements. Les économies réalisées devraient atteindre 25 à 40 millions de francs par année.

Jusqu'à maintenant, la prise en charge des médicaments de la nouvelle génération contre l'hépatite C (Viekirax et Exviera, Harvoni, Sovaldi et Olysio) était réservée aux patients souffrant d'une affection à un stade avancé (fibrose de degré 3 ou 4, score Métavir). Désormais, les patients avec une fibrose de degré 2 pourront se faire rembourser le traitement avec la combinaison Viekirax et Exviera. L'élargissement de la limitation s'applique également au médicament Olysio. A l'avenir, quelque 900 personnes supplémentaires par année pourraient ainsi être traitées.

L'extension de la prise en charge correspond aux recommandations des experts. La Suisse est ainsi un des premiers pays européens à introduire ces nouvelles conditions, assorties d'une baisse de prix. L'entreprise pharmaceutique Abbvie, qui fabrique Viekirax et Exviera, s'est déclarée prête à accepter la proposition de l'OFSP. Il a ainsi été possible de ramener le prix de la thérapie, durant généralement 12 semaines, de 62 000 francs à 46 000 francs, soit une économie de 16 000 francs par traitement. Olysio, de Janssen-Cilag, se trouvait déjà un niveau de prix bas.

En revanche, le fabricant de Sovaldi et Harvoni n'est jusqu'à maintenant pas entré en matière sur les propositions de l'OFSP. Le remboursement de ces deux médicaments reste ainsi limité aux patients avec une affection hépatitique avancée (fibrose de degré 3 ou 4). L'OFSP, de concert avec toutes les sociétés médicales actives dans le domaine ainsi que les patients concernés, appelle l'entreprise concernée à revoir sa politique des prix.

L'OFSP s'attend au cours des prochaines années à devoir face toujours plus souvent à des situations où des médicaments doivent, en raison de leur prix très élevé, être introduits de manière ciblée ou échelonnée dans la liste des spécialités pour obtenir la meilleure adéquation entre efficacité et coûts. La plupart des pays européens ont également décidé de limiter aux patients souffrant de fibroses de degré 3 et 4 l'introduction des nouvelles thérapies pour l'hépatite C en raison de leur prix très élevé ; certains pays ont recours à des budgets globaux pour le traitement.


Adresse pour l'envoi de questions

OFSP, service de presse, tél. 058 462 95 05


Auteur

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Département fédéral de l'intérieur
http://www.edi.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-58174.html