Le président de la Confédération Didier Burkhalter souligne l’importance d’associer la société civile et les jeunes aux travaux de l’OSCE

Berne, 03.12.2014 - Le président en exercice de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et président de la Confédération Didier Burkhalter a pris part aujourd’hui à la conférence parallèle de la société civile, à l’issue de laquelle des recommandations à l’intention du Conseil ministériel de l’OSCE lui ont été remises. La participation à cette conférence parallèle témoigne de l’importance que la présidence suisse de l’OSCE accorde à l’implication de la société civile et des jeunes dans les travaux de l’OSCE.

En prélude à la réunion du Conseil ministériel de l’OSCE, des acteurs de la société civile ont adopté aujourd’hui, dans le cadre d’une conférence parallèle, des recommandations concrètes à l’intention du Conseil ministériel, des institutions de l’OSCE, des missions sur le terrain et des Etats participants. Les discussions se sont concentrées sur des thèmes tels que l’intolérance, la discrimination et la propagande haineuse, qui ont alimenté une partie des recommandations de la «déclaration de Bâle». Quant aux autres recommandations, elles portent sur la liberté d’expression, la liberté de réunion, la protection des défenseurs des droits de l’homme, la protection contre la torture, l’indépendance du pouvoir judiciaire, la protection de la propriété et le droit à des élections libres et équitables.

A la réception de ces recommandations, le président en exercice de l’OSCE Didier Burkhalter a évoqué l’importance fondamentale de la liberté et de la sécurité pour l’individu et la société ainsi que la nécessité qui en découle d’entretenir un dialogue inclusif avec tous les acteurs. M. Burkhalter a en outre relevé que la «déclaration de Bâle» met l’accent sur un problème emblématique de notre époque, qui concerne tous les Etats de l’OSCE: la façon dont des groupes de personnes deviennent la cible de propagande haineuse, voire de crimes. Il a également rappelé qu’aucune forme de discrimination liée notamment à la religion, à l’origine ethnique ou au sexe ne saurait être tolérée. Les recommandations remises au président de l’OSCE en exercice Didier Burkhalter ont également été adressées au ministre serbe des affaires étrangères Ivica Dacic, qui présidera l’OSCE en 2015, et au directeur du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE, Michael Link. Leur présence à la conférence parallèle témoigne elle aussi de l’importance accordée à la participation de la société civile aux travaux de l’OSCE.

Priorité de la présidence suisse

Impliquer la société civile et les jeunes dans les travaux de l’OSCE est l’une des priorités que la Suisse s’était fixées pour son année de présidence. Retenue comme un thème central à cet égard, la prévention de la torture a été abordée avec d’autres sujets d’importance régionale dans le cadre de quatre ateliers régionaux organisés par la Suisse avec la société civile à Belgrade, Vienne, Tbilissi et Douchanbé. Ces rencontres ont également permis de développer les réseaux régionaux.

Par ailleurs, la Suisse a veillé à ce que tous les événements et manifestations de l’OSCE intègrent des représentants de la société civile. A chaque fois que la situation le permettait, le président en exercice Didier Burkhalter est en outre allé à la rencontre de la société civile lors de ses déplacements à l’étranger. En Azerbaïdjan, aux Etats-Unis, au Tadjikistan, au Kirghizistan et au Kosovo, il s’est ainsi réuni avec des représentants de la société civile pour discuter de leurs préoccupations. Pour souligner l’engagement de la Suisse en faveur de la protection des défenseurs des droits de l’homme, la présidence suisse a organisé à Berne, en juin 2014, une conférence ad hoc, à l’occasion de laquelle les directives de l’OSCE/BIDDH sur la protection des défenseurs des droits de l’homme ont été présentées.

La présidence suisse a par ailleurs accordé une place prioritaire à la jeunesse. Elle s’est fixé pour objectif de donner une voix aux jeunes au sein de l’OSCE et de leur permettre de découvrir les structures et les thèmes de l’OSCE. Pour ce faire, la Suisse a créé un programme de simulation de l’OSCE («Modèle OSCE»), auquel ont participé 57 jeunes femmes et jeunes hommes des Etats membres de l’OSCE. Dans le cadre de trois cycles de négociations, les participants au « Modèle OSCE » ont élaboré un plan d’action pour la jeunesse.


Adresse pour l'envoi de questions

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: info@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-55505.html