Les ventes d’antibiotiques à usage vétérinaire continuent de baisser

Berne, 18.09.2014 - En 2013, ce sont au total 53 384 kilos d’antibiotiques à usage vétérinaire qui ont été vendus, ce qui correspond à une baisse de 6,7 % par rapport à l’année précédente. Depuis l’année record de 2008, la baisse a atteint 26 %. Chez les animaux de rente en bonne santé, les résistances à certains antibiotiques sont en augmentation ou restent à un niveau élevé.

En 2013, les antibiotiques les plus vendus étaient les sulfonamides, suivis des pénicillines et des tétracyclines. Près des deux tiers de la quantité totale ont été vendus sous la forme de prémélanges pour aliments médicamenteux (PAM).

Le recul des ventes de céphalosporines, constaté pour la première fois en 2011, s'est poursuivi en 2013. Les ventes de céphalosporines de nouvelles générations ont toutefois légèrement augmenté par rapport à l'année précédente. Quant aux macrolides, les ventes de préparations injectables à action prolongée administrées une seule fois ont grimpé. En 2013, les ventes de fluoroquinolones ont également augmenté de 15 % par rapport à l'année précédente.

Les céphalosporines, macrolides et fluoroquinolones modernes sont classés dans la catégorie des antibiotiques critiques de première priorité au niveau international (OMS / OIE / FAO), parce que ces groupes de principes actifs sont importants pour le traitement d'infections bactériennes non seulement chez les êtres humains mais aussi chez les animaux. Les données de vente ne permettent néanmoins pas de déterminer où ni à quelle fréquence ces principes actifs sont utilisés. Il faudrait pour cela pouvoir relever les données d'utilisation par groupe d'animaux.

Surveillance de l'évolution des résistances

Outre les données de vente, les résistances aux antibiotiques sont également surveillées en Suisse, depuis 2006, chez les animaux de rente en bonne santé. On détecte souvent des résistances tant dans les agents zoonotiques que dans les germes indicateurs. Ces dernières années, les SARM (Staphylococcus aureus résistants à la méthicilline) se sont propagés dans les troupeaux de porcs suisses et les résistances microbiologiques aux principaux groupes d'antibiotiques sont en hausse ou restent à un niveau élevé.

Il est nécessaire de continuer à surveiller l'évolution des résistances et d'étudier les relations entre la propagation des résistances chez l'homme et l'animal, d'une part, et l'utilisation d'antibiotiques, d'autre part. Grâce aux données concernant l'utilisation détaillée des antibiotiques, il sera possible de mieux évaluer le risque de développement de résistances chez les différentes espèces animales.

Les antibiotiques sont des médicaments indispensables contre les infections microbiennes, aussi bien en médecine humaine qu'en médecine vétérinaire. Leur utilisation peut cependant conduire au développement de résistances chez les germes infectieux. Lorsque ces germes provoquent des maladies, le traitement devient plus difficile, voire impossible. Afin de diminuer le risque de propagation de résistances, il est important de recourir aux antibiotiques de manière plus parcimonieuse et plus ciblée, tant en médecine humaine qu'en médecine vétérinaire.


Adresse pour l'envoi de questions

Regula Kennel
tél.: +41 58 463 84 96
media@blv.admin.ch



Auteur

Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires
http://www.blv.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-54497.html