Le président de la Confédération Didier Burkhalter lance l’initiative «Démocratie sans frontières» à l’occasion du Festival du film de Locarno

Berne, 04.08.2014 - Le 10 août prochain, le président de la Confédération lancera, dans le cadre de la section «Open Doors» du Festival du film de Locarno, l’initiative «Démocratie sans frontières» du DFAE. Cette initiative repose sur le principe suivant: des personnalités helvétiques connues en Suisse ou dans le monde endossent le rôle d'ambassadeurs pour des projets menés par la coopération suisse au développement. Le but est d'élargir la portée des projets sélectionnés dans les domaines de la démocratie, de la paix et des droits de l'homme. Le discours prononcé par M. Burkhalter à cette occasion marquera le coup d’envoi de l’initiative. Il sera suivi par la projection du film éthiopien «Difret» et par une table ronde sur la problématique de l’impunité des auteurs de violences à l’égard des femmes et des filles.

Initiée par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), cette initiative a pour objectif de renforcer la démocratie, la paix et les droits de l’homme. Elle vise à sensibiliser le public suisse et les populations des pays partenaires aux défis qui se posent dans ces pays et à élargir la portée des projets mis en œuvre.

Pour le moment, les ambassadeurs de projets s’engagent en faveur de trois projets, menés dans différents pays partenaires:
Au Honduras, une formation professionnelle de qualité est mise en place pour aider des jeunes issus de régions défavorisées à sortir de la spirale de la violence et de la pauvreté. Les échanges entre les experts du Honduras et ceux de Suisse généreront une plus-value qui sera bénéfique au projet.
En Tunisie, les ambassadeurs de projets s’attacheront à renforcer la participation politique des femmes et à promouvoir une couverture médiatique indépendante et de qualité. Dans la mesure du possible, ils soutiendront l’avancée de la réforme dans le secteur de la justice et de la sécurité en mettant à disposition leur expertise technique.  
D’autres ambassadeurs de projets prêteront main forte au programme d’accompagnement psychosocial mis en place par la Direction du développement et de la coopération (DDC) pour venir en aide aux victimes de contrainte et de violences sexuelles dans la région africaine des Grands Lacs. Ce programme offre une prise en charge médicale, psychosociale et juridique aux femmes concernées et soutient leur réintégration dans la communauté. 

La problématique des violences sexuelles touche les femmes et les filles du monde entier. Elle peut être issue, comme dans le film «Difret», du conflit entre tradition et modernité, ou causée par la guerre ou des conflits violents. Les victimes sont avant tout des femmes et des filles, mais pas seulement.
La violence sexuelle est l'une des armes de guerre les plus destructrices qui soit et constitue une violation grave des droits de l'homme et du droit international.

La rencontre de Locarno et l’initiative «Démocratie sans frontières» s’inscrivent pleinement dans l’engagement assumé de longue date par la Suisse en matière de lutte contre la violence sexuelle.
Ainsi, lors du Sommet mondial pour l’élimination de la violence sexuelle dans les conflits, qui s’est tenu en juin dernier à Londres, elle a signé le protocole international visant à favoriser les enquêtes et les poursuites pénales contre les auteurs.
En novembre dernier déjà, la Suisse avait procédé à la troisième adaptation de son plan d’action national 1325 fondé sur la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité. Ce plan d’action impose à la Suisse de prendre en compte les besoins et préoccupations spécifiques des femmes dans toutes les activités déployées dans les pays fragiles ou en conflit.
A ce titre, la Suisse soutient notamment des organisations de la société civile, comme l’ONG Appel de Genève, qui négocie des accords spécifiques avec des acteurs armés non-étatiques pour éliminer la violence sexuelle. La DDC, qui attribue une contribution générale à ONU-Femmes, soutient également le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et lui a consacré une enveloppe d’environ 4,9 millions de francs pour la période 2013-2015.  
Par ailleurs, la Suisse s’investit pour que les crimes de violence sexuelle soient exclus des clauses d'amnistie et pour que les victimes de tels crimes aient accès rapidement et sans formalités excessives à une aide médicale, psychosociale et juridique. Le programme d’accompagnement psychosocial mis en place par la DDC dans la région des Grands Lacs y contribue largement. Ce programme fait du reste partie de l’initiative «Démocratie sans frontières».

A l’issue de la projection du film «Difret», une table ronde sera organisée sur la problématique de l'impunité des auteurs de violences (sexuelles) à l'égard des femmes et des filles. Les personnalités suivantes y participeront: Navi Pillay – Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Venantie Bisimwa Nabintu – secrétaire exécutive de l'ONG congolaise «Réseau des femmes pour la défense des droits et la paix», Danaé van der Straten Ponthoz - avocate-conseil auprès de l'ONG TRIAL, Giancarlo De Picciotto – chef du bureau de coopération suisse dans la région des Grands Lacs, Zerezenay Berhane Mehari – réalisateur du film, et Mehret Mandefro – productrice du film.

Les journalistes qui souhaitent participer à cet événement sont priés de s’adresser à: press@pardo.ch.

Informations:

Sonja Isella
Porte-parole Information DFAE
+41 (0)58 462 54 88
sonja.isella@eda.admin.ch

Information DFAE
+41 (0)58 462 31 53
info@eda.admin.ch


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-53927.html