Cyberéconomie en Suisse: monitorage et rapport 2014

Berne, 26.06.2014 - Sur mandat du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), l’Institut d’études économiques de Bâle a réalisé le troisième rapport sur la cyberéconomie en Suisse. Celui-ci examine et évalue l’implémentation et l’utilisation des technologies modernes en matière d’information et de communication (TIC) dans différents secteurs de l’économie et de l’administration en Suisse.

Le rapport établit que la cyberéconomie en Suisse se mesure aux pays les plus performants au monde et dispose de très bons atouts pour poursuivre son développement. Pour pouvoir conserver sa prospérité, qu'elle doit en grande partie à ses exportations de biens et de services de haute qualité, la Suisse reste toutefois effectivement tributaire d'une cyberéconomie performante au niveau international.

Infrastructure et équipements TIC
La Suisse dispose aujourd'hui, sur la quasi-totalité de son territoire, de raccordements fixes et mobiles à large bande. En comparaison internationale, la Suisse figure parmi les pays pratiquant des prix moyens, en particulier pour les services à large bande fixes et mobiles et pour les services vocaux et de données en itinérance. L'infrastructure suisse de télécommunications est toutefois si bonne, sur les plans quantitatif et qualitatif, que son classement tarifaire en milieu de tableau ne pèse pas outre mesure dans la balance. Concernant l'équipement, les entreprises et les particuliers peuvent acheter le matériel et les logiciels aux conditions du marché mondial auprès des fabricants et des détaillants de Suisse comme de l’étranger.

Utilisation des TIC dans les ménages et dans les entreprises
Les ménages suisses comptent parmi les plus grands utilisateurs de TIC au monde. Cela s'explique par le fort pouvoir d'achat, le bon niveau de formation et l'excellente disponibilité sur l'ensemble du territoire des infrastructures et des services TIC. Les entreprises et les institutions utilisent également les TIC de façon intensive et progressiste. Les technologies récentes telles que les applications dans le cloud enregistrent, à des niveaux de diffusion et d'utilisation relativement bas, des taux de croissance plus élevés que les technologies établies. Les grandes entreprises utilisent davantage les médias et réseaux sociaux (principalement des outils collaboratifs en ligne) que les petites. Le rapport constate également que le nombre d'entreprises faisant usage du commerce électronique pour leurs opérations d'achat et de vente a, après un démarrage plutôt hésitant, considérablement augmenté ces dernières années.

Secteur des TIC
Le statut du secteur suisse des TIC n'a pas foncièrement changé depuis le monitorage de 2013. Si l'on rapporte la valeur ajoutée nette induite par internet au PIB, on voit que la Suisse se situe certes derrière les pays nordiques leaders, mais devant ses proches voisins. Contrairement aux idées reçues, un secteur TIC relativement important ne présente pas forcément d’avantage et inversement, un secteur TIC de petite dimension n’est pas en soi un facteur négatif. Idéalement, chaque pays devrait se concentrer sur les secteurs où il dispose des meilleurs avantages comparatifs. En l'absence de réelle pénurie de personnel qualifié dans les TIC, ce qui semble être le cas aujourd'hui, aucun obstacle institutionnel précis ne s'oppose à la réussite des activités TIC en Suisse.

Utilisation des TIC dans les secteurs proches de l’Etat ou fortement influencés par lui
En matière de cyberadministration, la Suisse a certes pu rattraper une partie de son retard, mais elle n’est pas parvenue à le combler vis-à-vis des pays leaders en Europe. Concernant le secteur de la santé, les précédents monitorages montraient déjà que le potentiel de la cybersanté est encore loin d'être pleinement exploité en Suisse comme à l'étranger. Les choses n'ont guère évolué en Suisse dans ce domaine durant l'année sous revue. Toutefois, en 2013, d'importantes orientations politiques et législatives ont été arrêtées, de sorte que, ces prochaines années, des résultats concrets sont attendus dans le secteur de la cybersanté.

Le rapport 2014 de l'Institut d’études économiques de Bâle s'inscrit dans la continuité des précédentes éditions 2012 et 2013. Il examine si les conditions sont pleinement réunies pour le développement d’une cyberéconomie suisse performante et compétitive à l’échelle internationale.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-53521.html