Conférence sur le climat: la conseillère fédérale Doris Leuthard plaide en faveur d'investissements dans les technologies vertes

Berne, 21.11.2013 - Lors de la 19e conférence de l'ONU sur le climat à Varsovie, la conseillère fédérale Doris Leuthard a appelé les participants à définir les grandes lignes d'un nouvel accord sur le climat à partir de 2020. Pour limiter le réchauffement de la planète, tous les pays doivent réduire sensiblement leurs rejets de gaz à effet de serre. Une croissance durable est possible à condition d'investir dans l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, a déclaré la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Il y a deux ans, la communauté internationale a décidé d'élaborer un accord valable pour tous les pays et de le conclure en 2015. Il est donc temps d'en définir les grandes lignes, notamment la durée de la période d'engagement et les méthodes servant à mesurer les réductions réalisées. Ces éléments clés devront constituer la base d'un accord obligeant tous les pays à réduire leurs rejets de gaz à effet de serre. A défaut de quoi l'objectif de limiter le réchauffement de la planète à deux degrés par rapport à 1990 ne pourrait pas être atteint, a souligné la conseillère fédérale Doris Leuthard devant l'assemblée plénière.

La Suisse est disposée à fournir sa contribution. Elle souhaite une deuxième période d'engagement sous le Protocole de Kyoto. La cheffe du DETEC a exhorté les pays industrialisés et les pays émergents au taux élevé d'émissions de CO2 à le réduire encore d'ici 2020. Il convient d'observer le principe suivant: « Des efforts nationaux sont certes utiles, mais des mesures contraignantes et coordonnées au niveau international sont encore meilleures. »

Suite à la Conférence de l'ONU sur le développement durable à Rio en juin 2012, la ministre suisse de l'environnement a plaidé en faveur d'investissements dans les technologies vertes, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. Ces mesures contribuent à réduire efficacement les émissions de CO2. Cela étant, les pays industrialisés se devront d'aider les pays en développement. Le transfert de savoir-faire doit être intensifié, a dit la conseillère fédérale Doris Leuthard: « Nos technologies servent l'objectif d'une société émettant moins de gaz à effet de serre. Cet objectif est dans l'intérêt de tous. Finalement, le monde entier profite de la solidarité entre pays industrialisés et pays en développement. »


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DETEC, tél. +41 58 462 55 11



Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-51069.html