Convention sur le mercure adoptée à Genève

Berne, 19.01.2013 - Après une semaine d’intenses négociations, la Convention sur le mercure a été adoptée le 19 janvier 2013 par les quelque 140 Etats présents. Cet accord va permettre de réduire au niveau mondial les émissions de mercure très toxiques pour la santé et l’environnement. La Suisse se réjouit de ce succès auquel elle a particulièrement contribué.

Le mercure est un métal lourd très toxique pour les êtres vivants. Il s'accumule dans les organismes où il peut provoquer des troubles du système nerveux, du système immunitaire ou du système reproducteur, en particulier. Comme il est très volatil, il se déplace dans l'atmosphère. Par ce biais, 200 tonnes de mercure aboutissent chaque année dans l'Artique et contaminent les poissons consommés par les êtres humains.

La nouvelle Convention a pour objectif de réduire la production et les utilisations du mercure, lors de la fabrication de produits et lors de processus industriels, en particulier. Elle règle également la question du stockage et du traitement des déchets. Elle sera ouverte à la signature des Etats en octobre 2013 à Minamata (Japon) en hommage aux habitants de cette ville touchés durant des décennies par une très grave contamination au mercure.

Succès d'une idée suisse

«L'adoption de la convention sur le mercure montre la vitalité de la politique environnementale internationaleet la volonté des Etats d'apporter ensemble des solutions à des problématiques mondiales», a indiqué Franz Perrez, chef de la délégation suisse à Genève. La Suisse qui accueille à Genève le centre de compétence de la politique environnementale pour les produits chimiques et les déchets toxiques « se réjouit de ce pas supplémentaire dans la gestion des substances les plus nocives pour la santé et l'environnement au niveau mondial», a-t-il relevé. Ce succès est aussi une reconnaissance de l'engagement de la Suisse qui a initié le processus il y a dix ans, avec la Norvège et l'a soutenu tout au long des négociations. La conseillère fédérale Doris Leuthard a d'ailleurs annoncé mercredi à Genève que la Suisse allait soutenir les débuts des travaux de la nouvelle convention par une contribution supplémentaire d'un million de francs suisses.

La signature de la nouvelle convention  est de la compétence du Conseil fédéral. Sa ratification, qui marque le début de sa mise en œuvre au niveau national, doit être approuvée par le Parlement.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-47491.html