Le Conseil fédéral veut renforcer le report modal grâce à un corridor 4 m au Gothard

Berne, 21.09.2012 - Le Conseil fédéral entend rendre possible le transport de semi-remorques d’une hauteur aux angles de 4 m sur l’axe ferroviaire Bâle – Saint-Gothard – Chiasso et sur la ligne de Luino. Son objectif est aussi d’affermir la politique de transfert. Les aménagements requis coûteraient 940 millions de francs. Cette somme comprend le financement préalable des aménagements à effectuer sur les lignes d’accès à la NLFA en Italie. Ce corridor 4 m devrait être financé par le fonds FTP, puis par le futur fonds d’infrastructure ferroviaire.

Les entreprises de transport misent de plus en plus sur les semi-remorques dont la hauteur aux angles atteint 4 m. Si le transport ferroviaire de ces véhicules routiers est déjà possible sur l’axe du Loetschberg-Simplon, il n’en va pas de même sur l’axe du Saint-Gothard. Le profil d’espace libre des nouveaux tunnels de base du Saint-Gothard et du Ceneri sont suffisants, certes, mais les tronçons d’accès au nord et au sud comprennent encore divers obstacles. Le Parlement demande donc que l’axe du Saint-Gothard soit intégralement adapté d’ici à 2020 afin que là aussi, les semi-remorques d’une hauteur aux angles de 4 m puissent être acheminées par le rail. Il y a d’ailleurs eu plusieurs interventions parlementaires à ce sujet au cours des deux dernières années.

Le Conseil fédéral est d’avis que le corridor 4 m sur la ligne Bâle – Saint-Gothard – Chiasso et sur la ligne de Luino renforcerait le transport combiné à travers les Alpes et, partant, la politique de transfert. L’élément le plus important du projet est le tunnel du Bözberg en Argovie. Entre Bâle et Chiasso et, sur la ligne de Luino, jusqu’à Ranzo, il faut également aménager plusieurs tunnels courts et adapter des abris de quais, la caténaire, les signaux et les passages supérieurs.

L’aménagement prévu ne pourra déployer tous ses effets que s’il se poursuit du côté italien, de sorte que les semi-remorques prennent le train non seulement de frontière à frontière, mais de terminal à terminal. Par conséquent, pour répondre à la demande du Parlement, le Conseil fédéral prévoit d’encourager par des financements préalables les extensions de profil d’espace libre nécessaires sur les lignes Chiasso – Milan ainsi que sur la partie italienne de la ligne de Luino, c.-à-d. entre Ranzo et Gallarate. Il envisage à cet effet de signer une déclaration d’intention avec le ministère italien des transports ; cette déclaration réglera aussi la création de capacités de terminaux supplémentaires dans la région de Milan.

Le transport de voyageurs profitera également du corridor 4 m : celui-ci permettra le passage de trains à deux étages sur l’axe du Saint-Gothard et donc d’acheminer davantage de passagers. Il en résultera un délestage notamment aux jours de pointe, sans que les sillons destinés au fret ferroviaire soient occupés par le transport de voyageurs.

Les mesures planifiées coûteront 940 millions de francs, y compris le financement préalable des travaux en Italie (230 millions de francs). Le Conseil fédéral propose de prélever les moyens financiers sur le fonds destiné aux projets d’infrastructure des transports publics (fonds FTP) et, plus tard, sur le fonds d’infrastructure ferroviaire prévu dès 2017. Les ressources actuellement disponibles du fonds FTP suffisent tout juste à financer la réalisation du corridor 4 m en sus des projets déjà décidés (NLFA, ZEB etc.) et des aménagements prévus dans le message sur le financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF). Cela à condition que le Parlement porte l’enveloppe financière de l’étape d’aménagement 2025 prévue dans le cadre de FAIF de 3,5 à 6 milliards de francs et la scelle par un financement supplémentaire. Les discussions menées à ce jour laissent présager que ce sera le cas.

Les planifications détaillées que les CFF entreprennent sur mandat de la Confédération au sujet du corridor 4 m ne sont pas encore achevées. Le Conseil fédéral présente son message dès maintenant afin de préparer une solution de financement d’ici à 2014 et pour qu’il reste possible de mettre le corridor 4 m en service en 2020, peu après l’ouverture du tunnel de base du Ceneri, comme le réclame le Parlement.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des transports, informations, 031 322 36 43, presse@bav.admin.ch



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral des transports
https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-46058.html