Objectifs de sécurité atteints pour le transport de marchandises dangereuses sur le rail

Berne, 20.12.2011 - Diverses mesures ont été prises ces dernières années pour diminuer le risque qu’un accident ferroviaire impliquant des marchandises dangereuses mette en danger des personnes. Depuis fin 2010 notamment, tout le chlore importé circule dans des wagons-citernes perfectionnés. La « Déclaration conjointe » de 2002 signée par la Confédération, l’industrie chimique et les CFF est donc mise en œuvre. Désormais, l’évolution des transports de marchandises dangereuses est enregistrée en permanence afin de garantir le maintien du haut niveau de sécurité.

L’Office fédéral des transports OFT et les chemins de fer ont recensé les risques pour la population en cas d’accidents lors de transport ferroviaire de marchandises dangereuses. Le rapport 2011 établit qu’aucune section sur le réseau ferré suisse ne présente de hauts risques en la matière.
Le domaine intermédiaire, où les risques sont pratiquement tolérables, ne comprend plus aujourd’hui que 68 km. C’est une amélioration par rapport au rapport de 2006 où cette valeur atteignait 579 km. Les sections concernées se trouvent dans les zones des gares de Genève, Lausanne, Altstetten ZH et Olten. Environ 3200 km ou 98 % du réseau à voie normale étudié se situent dans le domaine tolérable.

Les mesures qui ont permis ces progrès par rapport à 2006 portent d’une part sur l’infrastructure ferroviaire (remplacement et post-équiquement technico-sécuritaire des dispositifs d’arrêt automatique et de contrôle des trains), et d’autre part sur le matériel roulant, qui a été amélioré. En effet, grâce à des innovations techniques sur les wagons-citernes pour les transports de chlore, comme le renforcement des coques de réservoirs, le risque de perte de gaz en cas d’accident est réduit.

Depuis fin 2010, la branche de l’importation en Suisse n’utilise plus que des wagons-citernes perfectionnés : cette amélioration est réalisée cinq ans avant l’échéance fixée par le Règlement concernant le transport international ferroviaire des marchandises dangereuses (RID). C’est l’une des suites de la « Déclaration conjointe », que le DETEC avait signée en 2002 avec l’industrie chimique et les CFF, sous l’égide de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et de l’OFT. L’OFEV était chargé de surveiller la mise en œuvre. Le but de la « Déclaration conjointe » est donc atteint.

Désormais, les quantités de marchandises dangereuses transportées et leurs itinéraires de transport feront l’objet d’une surveillance permanente des CFF et du BLS et ils seront recensés annuellement. Les chemins de fer enregistrent les quantités transportées à des points sélectionnés du réseau. L’OFT mettra régulièrement à jour l’évaluation des risques. Dans les organes internationaux, la Suisse œuvre en outre à l’introduction, sur tout le territoire, de détecteurs de déraillement et de boîtes chaudes. Vu les expériences positives faites par les CFF et le BLS, la Suisse peut fournir à la discussion un apport actif et fondé.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des transports
Service de presse
+41 (0)58 462 36 43
presse@bav.admin.ch



Auteur

Office fédéral des transports
https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-42799.html