Conférence approuve plan directeur pour la recherche énergétique

Berne, 04.11.1999 - Plus de 120 personnalités de l’industrie, de l’économie, de la politique et de l’administration ainsi de la recherche énergétique privée et publique se sont réunies les 2 et 3 novembre à Berne pour la sixième Conférence suisse sur la recherche énergétique. Invitées par le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), elles ont discuté des lignes de force à court et à long terme de la recherche énergétique de la Confédération. Elles ont approuvé l’essentiel du plan directeur de la recherche énergétique de la Confédération pour les années 2000 à 2003, élaboré par la Commission fédérale pour la recherche énergétique (CORE).

«Parmi les missions de la recherche énergétique, la moindre n’est pas de fournir un socle au développement des technologies qui assureront, surtout à moyen et à long terme, un approvisionnement en énergie suffisant, concurrentiel et conforme aux besoins», a déclaré Eduard Kiener, le directeur de l’Office fédéral de l’énergie, lors de son allocution de bienvenue. Raison pour laquelle, selon M. Kiener, la recherche dans ce domaine ne doit pas viser en priorité des développements à court terme, mais s’inscrire plutôt dans le long terme et s’orienter d’après le principe de la durabilité.

Opposition du Vorort aux subventions pour la recherche appliquée

Après une brève présentation par Hans-Rudolf Zulliger, le président de la CORE, du plan directeur élaboré par celle-ci, Rudolf Ramsauer a présenté le point de vue du Vorort, dont il est le directeur. M. Ramsauer a rappelé que la recherche orientée vers le marché et le développement constituent fondamentalement une tâche des entreprises. Il a désapprouvé le principe de l’octroi de subventions de recherche à des entreprises, car il y voit une distorsion de la concurrence. Les participants à la conférence – y compris les représentants de l’industrie présents – n’ont toutefois pas partagé cet avis. Tous les moyens prévus par la loi devraient au contraire être mis à contribution, d’entente avec l’économie privée, pour aider les technologies durables à percer. Dernier orateur de la journée et directeur au ministère de l’économie des Pays-Bas, Berhard Hanssen, a présenté la politique de son pays dans ce domaine.

Le budget de la recherche énergétique financée par des fonds publics prévoit 197 millions de francs de dépenses en l’an 2000; il sera légèrement augmenté les années suivantes, pour atteindre 202 millions de francs en 2003. Ces dépenses seront destinées aux quatre grandes options de la recherche de 2000 à 2003, à savoir l’utilisation rationnelle de l’énergie (69 mio), les énergies renouvelables (69 mio), l’énergie nucléaire (46 mio) et les fondements de l’économie énergétique (18 mio). Lors des débats qui ont lieu à Berne, les participants à la Conférence ont approuvé l’essentiel du plan directeur de la CORE. L’encouragement de l’Etat à la recherche énergétique permet de développer durablement les compétences dans ce domaine et de garantir l’indispensable continuité de l’effort de recherche, ont-ils estimé. Mais ils ont aussi relevé l’importance de considérer cette recherche d’un point de vue non seulement technique, mais aussi socio-économique.

Propositions réunies en un programme d’action

Les points faibles du plan directeur de la CORE et les possibilités de l’améliorer ont été discutés au sein de groupes de travail. Des progrès doivent être accomplis sur le plan de la mise en réseau des divers acteurs de la recherche énergétique, en prenant en compte les nouvelles Hautes écoles spécialisées (HES) ainsi que les évolutions en cours sur le plan international, ont estimé les participants. La tenue de la Conférence en soi aura permis de donner une impulsion à une telle mise en réseau. D’autres lacunes ont été constatées en ce qui concerne la communication. Il s’agirait enfin, selon les participants, de promouvoir le controlling, la sensibilisation des étudiants et la collaboration entre la recherche publique et la recherche privée. Les propositions formulées lors de la Conférence seront rassemblées dans un programme d’action qui servira de document de référence aux chercheurs dans les années à venir.

L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) accompagne la recherche énergétique officielle en Suisse depuis plus de dix ans. Il dispose de moyens propres, qui sont engagés subsidiairement aux efforts d’autre bailleurs de fonds privés ou publics. La responsabilité des divers programmes de recherche, programmes pilotes et de démonstration incombe à des directeurs internes et externes répartis en 15 domaines technologiques. L’OFEN consacre une grande partie de ses ressources au transfert des résultats de la recherche vers l’application pratique dans l’administration, l’industrie, l’artisanat, les ménages et les transports. Cela dans le cadre d’Énergie 2000 et d’autres programmes liés à la politique énergétique.

Un résumé des présentations, des travaux de groupes et de la discussion finale sera publié avant la fin de l’année, avec le bilan des organisateurs. Cette publication pourra être obtenue auprès de l’Office fédéral de l’énergie, à Berne.


Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-4207.html