Dix ans de la Conférence mondiale contre le racisme : impulsions positives à l’ombre des attentats du 11 septembre

Berne, 22.09.2011 - La Commission fédérale contre le racisme CFR estime que les résultats de la conférence mon-diale contre le racisme de Durban (2001) donnent aujourd’hui encore la ligne directrice d’une politique de lutte contre le racisme -en dépit des dérapages antisémites dans l’environnement de la conférence, de son instrumentalisation politique et du climat de méfiance généralisée qui a prévalu après les attentats du 11 septembre 2001.

La Conférence mondiale contre le racisme de Durban (Afrique du Sud) qui s’est terminée le 8 septembre 2001, a rapidement quitté le devant de la scène après les attentats du 11 septembre.  Pourtant le document final de Durban représente pour les Etats une base d’action contre le racisme satisfaisante et cohérente. Pour la première fois, l’exclusion qui touche les personnes d’origine africaine, la xénophobie et la discrimination à l’encontre des peuples indigènes et des gens du voyages, Rom et Sinti se sont trouvées sous le feu des projecteurs. Le thème du racisme politique et les effets d’une discrimination multiple y ont été abordés. La lutte contre le terrorisme, le soupçon généralisé contre les musulmans ainsi que l’instrumentalisation politique de la lutte contre le racisme menaçaient de réduire à néant les efforts de la Conférence mondiale. La CFR rappelle qu’en Suisse aussi, les musulmans et les musulmanes ont été la cible, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, de préjugés gratuits et même de discriminations qui ont abouti à l’interdiction des minarets en 2009.  La Suisse n’a toujours pas de programme national d’action contre le racisme. Citons tout de même deux points positifs : une protection renforcée contre la discrimination dans la future politique d’intégration et le développement par la Confédération d’un monitorage du racisme en continu. Mais il manque dans notre pays une protection légale cohérente contre la discrimination. De plus, les structures de consultation et la protection accordées aux victimes du racisme sont insuffisantes. Enfin, le durcissement de la politique suisse d’asile et de celle des étrangers a des effets d’exclusion contraires aux déclarations de la Conférence mondiale.


Adresse pour l'envoi de questions

Doris Angst, Directrice de la CFR, tél. : 031 324 12 83, doris.angst@gs-edi.admin.ch



Auteur

Commissions du DFI


Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-41326.html