Entretiens de Watteville du 2 septembre 2011

Berne, 02.09.2011 - Dans le cadre des traditionnels Entretiens de Watteville, les présidents de parti et les présidents de groupe de l’UDC, du PDC, du PLR, du PS et du PBD ont rencontré aujourd’hui Madame Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération, qui a dirigé la séance, Monsieur Johann N. Schneider-Ammann, conseiller fédéral, et Madame Corina Casanova, chancelière de la Confédération. Les Entretiens se sont articulés autour d’une discussion consacrée au programme de la législature 2011 à 2015 et d’un échange de vues sur la situation économique actuelle. Les partis gouvernementaux et le Conseil fédéral soutiennent unanimement les mesures prises par la Banque nationale suisse.

Les objectifs et les mesures du programme de la législature constituent pour l'autorité collégiale qu'est le Conseil fédéral le contexte politique de référence pour les quatre années à venir. Grâce à ce programme, le Conseil fédéral informe le Parlement et l'opinion publique sur son agenda politique. Il concrétise ensuite le programme de la législature dans ses objectifs annuels.

Les échanges avec les présidents de parti et les présidents de groupe avaient plusieurs objectifs : le Conseil fédéral voulait connaître les priorités et les attentes supplémentaires des partis gouvernementaux, mais aussi présenter suffisamment tôt aux responsables de ces partis les grands axes de sa future politique. Cette façon de procéder vise à faire en sorte, dans toute la mesure du possible, que le programme qui sera présenté au Parlement emporte l'adhésion d'une majorité de députés. Les partis estiment que notamment la compétitivité de la Suisse, l'avenir des assurances sociales, les infrastructures de transport, les relations avec l'UE et la politique énergétique seront des enjeux majeurs de la prochaine législature. Les résultats des discussions avec les partis gouvernementaux seront maintenant pris en compte dans le cadre de la rédaction du message sur le programme de la législature.

Depuis le mois de novembre 2010, le Conseil fédéral a déjà mené plusieurs discussions sur les défis politiques que la Suisse devra relever dans les années à venir. Les résultats de ces discussions et le rapport intitulé « Perspectives 2025 » sont venus alimenter l'élaboration de l'orientation stratégique du programme de la législature 2011à 2015. Le programme de la législature est ainsi le résultat d'une réflexion de longue haleine.

Soutien en faveur de l'économie suisse
Le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann a donné des informations sur la situation économique actuelle et sur les propositions faites par le Conseil fédéral pour renforcer l'économie. Il estime que le taux de change du franc reste volatil, ce qui explique l'instabilité de la situation économique générale.

Il a également indiqué que le train de mesures adopté mercredi par le Conseil fédéral allait apporter des améliorations sensibles à court terme dans certains secteurs économiques. Le Conseil fédéral concentre ses efforts sur le renforcement de la place économique suisse à moyen terme grâce à des investissements dans le tourisme, l'innovation et la technologie.

On a aussi débloqué, à titre préventif, une somme de 500 millions de francs destinée à l'assurance-chômage, notamment pour financer les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail. Compte tenu de la situation économique actuelle, il faut s'attendre, pour 2012 et au-delà, à des pertes de travail, à des licenciements ou à des délocalisations d'entreprises. Les partis gouvernementaux ont alimenté la discussion en exposant leurs positions détaillées sur certaines mesures.

Plusieurs départements travaillent déjà à l'élaboration du train de mesures 2012, qui doit déployer ses effets à moyen et à long termes. Il comprendra pour l'essentiel des mesures destinées à promouvoir la technologie, la recherche, l'innovation, les infrastructures et la formation professionnelle. Ce second train de mesures sera finalisé dans les semaines à venir puis soumis au Parlement, qui l'examinera durant la session d'hiver. Pour le Conseil fédéral, l'objectif déclaré de toutes les mesures figurant dans ces deux trains de mesures est de renforcer à long terme la place économique suisse.

Politique monétaire
La politique monétaire relève de la compétence exclusive de la Banque nationale suisse. Durant les discussions, tous les partis gouvernementaux et le Conseil fédéral ont exprimé leur soutien unanime aux mesures prises par la Banque nationale.


Adresse pour l'envoi de questions

Monsieur André Simonazzi, porte-parole du Conseil fédéral
031 322 37 03
andre.simonazzi@bk.admin.ch


Auteur

Chancellerie fédérale
http://www.bk.admin.ch/index.html?lang=fr

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-40953.html