La mineuse américaine de la vigne est arrivée au Tessin

Cadenazzo, 09.02.2010 - Originaire de l’Amérique du nord, la mineuse américaine de la vigne, Phyllocnistis vitegenella, a franchi nos frontières et est apparue en 2009 dans les vignobles tessinois du Mendrisiotto. C’est un minuscule papillon dont les chenilles creusent des mines dans les feuilles. Ce ravageur est probablement arrivé dans nos régions à partir de l'Italie. En effet, il a été signalé pour la première fois en Europe en Vénétie (Italie) en 1994 et aujourd’hui il colonise plusieurs régions du nord-est de l’Italie. En 2004, il a été trouvé en Slovénie, et en 2008 dans le sud de l’Italie (Puglia). La station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil ACW suivra son évolution pour évaluer sa réelle nuisibilité dans les conditions tessinoises.

Ravageur principal ou secondaire ?

Lorsqu'un nouveau ravageur fait son apparition, on se pose toujours la question de sa nuisibilité, afin de savoir comment réagir. Ce micro-lépidoptère, dont les adultes ont une longueur de 3 mm, donne en Italie entre trois et quatre générations par année. Les chenilles creusent une longue galerie dans le mésophylle, souvent parallèlement au limbe foliaire: sur une feuille, on peut observer nombreuses mines (voir photo). Les premiers dégâts apparaissent dès la mi-mai, pour augmenter fortement en été en touchant la quasi totalité du feuillage des ceps infestés. Cependant, une chute  précoce des feuilles n'a jamais été signalée et de fortes infestations restent localisées et peu fréquentes. Malgré ces dégâts spectaculaires, la mineuse américaine de la vigne est considérée comme un ravageur qui ne nécessite que rarement une lutte directe. Aussi on le classe comme un ravageur secondaire. Cependant, il faut rester vigilant. Actuellement il est difficile d'évaluer si cette mineuse aura, au Tessin, un impact limité, comme cela est le cas dans certaines régions viticoles italiennes, où si, au contraire, elle pourra développer des infestations importantes. Le niveau et l'intensité des dégâts dépendent de nombreux facteurs qui varient beaucoup selon la région.

La diffusion de ce ravageur dans le territoire est lente et nous donne la possibilité d'entreprendre les recherches nécessaires pour mieux connaître sa réelle nuisibilité dans nos régions. Ainsi, la station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil ACW suivra, pendant les prochaines années, l'évolution de la dynamique des populations de ce ravageur, et plus particulièrement l'évolution des dégâts foliaires, son impact sur la qualité des raisins et sa diffusion dans les régions viticoles tessinoises.

Est-il possible lutter contre la mineuse américaine de la vigne ?

La lutte chimique, pour autant qu'elle soit nécessaire, pourrait se révéler délicate. En effet,  en raison notamment du cycle biologique (voir chapitre cycle biologique ci-dessous) et de l'éthologie de cette mineuse, l'application des produits est délicate. Les informations données par la littérature, relatives à une possible stratégie de lutte, sont très limitées. Il ressort qu'aucun produit spécifique n'est actuellement homologué en Suisse. L'expérience italienne montre que les  esters-phosphoriques,  utilisés contre Scaphoideus titanus, vecteur de la flavescence dorée, et contre d'autres ravageurs (cicadelle verte et vers de la grappe) n'ont pas permis de contrôler cette mineuse.

Des essais conduits en Italie ont mis en évidence que des hyménoptères indigènes parasitent les larves de cette mineuse. Cependant, le taux de parasitisme n'a pas été suffisamment élevé pour baisser significativement le niveau des populations et donc d'infestation. Ce contrôle biologique demande non seulement du temps mais aussi une gestion correcte de l'écosystème du vignoble, soit  une augmentation de sa biodiversité et l'application adaptée de stratégies de lutte envers les autres ravageurs.

Cycle biologique de la mineuse américaine de la vigne Phyllocnistis vitegenella

L'adulte est un papillon d'env. 3 mm de longueur de couleur blanc-argenté, avec  des ailes comportant une petite bande noirâtre. Il passe l'hiver en diapause sous l'écorce des ceps. Au printemps, la population hivernante pond les œufs sur les premières feuilles étalées et les premières mines sont visibles déjà au mois de mai. Ces mines contiennent des larves blanchâtres, apodes et aplaties qui passent par cinq stades de développement durant lesquels elles  se nourrissent du parenchyme foliaire en creusant la mine. A la fin de leur développement, elles se transforment en une chrysalide brunâtre  dissiumlée au fond de la galerie creusée. Trois générations se suiventt ensuite et en automne on assiste à un vol important et prolongé des adultes.

Légende de la photo

Feuille de Merlot attaquée par la mineuse américaine de la vigne Phyllocnistis vitegenella. Les feuilles présentent plusieurs mines.


Adresse pour l'envoi de questions

Mauro Jermini
Station de recherche Agroscope
Changins-Wädenswil ACW
Centre de Cadenazzo
6594 Contone
+41 91 850 20 32
+41 79 659 48 33
mauro.jermini@acw.admin.ch
www.agroscope.ch

Judith Auer
Groupe Communication
Station de recherche Agroscope
Changins-Wädenswil ACW
CP 1012, CH-1260 Nyon
+41 22 363 41 82
+41 79 659 47 91
judith.auer@acw.admin.ch
www.agroscope.ch



Auteur

AGROSCOPE
http://www.agroscope.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-31561.html