Gestion durable des forêts: Critères pour la certification du bois

Berne, 19.08.1999 - Les consommateurs doivent connaître les critères qui définissent une production écologique du bois. Plusieurs associations et organisations concernées et l’Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage (OFEFP) ont donc établi seize critères d’une gestion forestière compatible avec l’environnement. Objectif final : l’introduction d’un label unique pour le bois suisse.

La demande de bois produit écologiquement augmente. Les propriétaires de forêts, les entreprises de transformation et de commercialisation du bois, les consommateurs sont toujours plus intéressés par une exploitation forestière durable et écologique. Le bois qui en est issu doit être facilement identifiable pour les consommateurs et distingué par un label.

Actuellement, deux systèmes de certification concurrents existent en Suisse pour le bois: le label du Forest Stewardship Council (FSC) et le label Q (Swiss Quality). Le FSC est une organisation indépendante soutenue surtout par les associations écologiques. Son siège est à Mexico. Le label FSC est utilisé dans plusieurs pays. Il contrôle la gestion des forêts mais ne prend pas en considération la transformation et la commercialisation du bois. Le label Q a été élaboré à partir de la législation forestière et des normes ISO 14001 et ISO 9001. Il décerne une garantie de qualité écologique pour toute la chaîne de production et de valorisation du bois, le coût énergétique de la production et de transformation du bois sont notamment pris en compte. Le label Q est apposé uniquement sur du bois produit en Suisse.

Les deux labels sont contrôlés par des associations privées. La forêt bourgeoisiale de la ville de Soleure est certifiée selon les normes FSC. Les forêts corporatives de Pfäffikon (SZ) portent le label Q. L’offre de bois et de produits en bois provenant des forêts suisses certifiées est cependant encore limitée.

Objectif : un label unique pour le bois

Les seize "normes nationales pour la certification forestière en Suisse" établies par la Confédération et les organisations (voir annexe) sont basées d’une part sur les critères de la Conférence ministérielle d’Helsinki pour la protection des forêts en Europe (Critères d’Helsinki) et d’autre part sur les principes définis par le FSC pour une gestion forestière socialement et écologiquement acceptables.

Ces normes visent surtout à favoriser les espèces d’arbres indigènes, à créer des réserves forestières et à laisser le bois mort dans les peuplements. Ainsi, les propriétaires de forêts s’engagent à renoncer aux plantations d’espèces exotiques ou génétiquement modifiées, à transformer 10% de leurs surfaces en réserve forestière, et à laisser des arbres morts sur le terrain.

Les nouvelles dispositions ne modifieront pas fondamentalement l’aspect des forêts mais donneront plus de poids aux exigences écologiques. Durant les prochains mois, des projets pilotes devraient démarrer dans des zones choisies. L’objectif à long terme est la mise au point d’un label unique pour le bois.


Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
https://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-2781.html