Stabilité de la part de marché du rail dans le trafic marchandises transalpin

Berne, 23.02.2009 - En 2008, les marchandises transportées à travers les Alpes suisses se sont inscrites en légère augmentation par rapport à l’année précédente (+1%), une croissance dont la route et le rail ont profité dans une égale mesure. Leurs parts de marché restent donc inchangées: 64% pour le chemin de fer et 36% pour la route. Au second semestre, les transports de marchandises ont toutefois ralenti du fait de la crise économique.

Durant l’année 2008, 1,275 million de poids lourds ont traversé les Alpes suisses (+1%). Dans la seconde moitié de l’année, on a observé une diminution du nombre de courses transalpines (-12 000 par rapport au deuxième semestre 2007, soit une baisse de 2%), alors qu’une hausse de 3,8% avait été enregistrée au premier semestre.

Le recul du deuxième semestre se ressent également sur les volumes transportés, qui ont progressé de 3,5% au premier semestre pour se replier ensuite de 1,7%. A la différence du rail, la route a essuyé de fortes variations d’un semestre à l’autre (+4,1% et -2,2%). Le rail a jusqu’ici réagi moins rapidement à la dégradation de la situation économique (+3,2% et -1,5%). Par rapport à 2007, l’année 2008 s’est soldée par une croissance du tonnage de 1% pour le rail et pour la route.

Le recul enregistré au deuxième semestre s’explique par l’évolution de la conjoncture. Pour 2009, la morosité des perspectives économiques laisse présager une nouvelle baisse, pour la route comme pour le rail. Le transport de conteneurs par le rail dans le cadre du trafic combiné non accompagné (TCNA) risque ainsi d’être frappé de plein fouet par la crise tant il est vrai que les marchandises provenant d’outre-mer et les biens d’équipement sont majoritairement acheminés par conteneurs. En novembre et en décembre, le TCNA a du reste déjà accusé une baisse sensible (-13%).

Depuis 2003, on mesure la pollution atmosphérique le long de l’A2 et de l’A13. Les valeurs mesurées pour l’oxyde d'azote et les poussières fines ont diminué, mais elles dépassent toujours les valeurs-limites dans la plupart des stations. Il y a donc toujours des mesures à prendre.


Adresse pour l'envoi de questions

Service de presse et d’information du DETEC, tél. 031 322 55 41



Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-25471.html