Communiqué de presse de la Commission fédérale contre le racisme / 15.01.2009

Berne, 15.01.2009 - La libre circulation des personnes n’a pas d’effet sur le passage des nomades en Suisse

Dans le cadre de la campagne pour la votation du 8 février sur la libre circulation des personnes, des annonces hostiles aux Roms et des propositions de mesures particulières à caractère discriminatoire pour les gens du voyage ont déjà été diffusés. La Commission fédérale contre le racisme (CFR) s’insurge avec véhémence contre la stigmatisation des populations rom et yéniche, qu’elles soient nomades ou sédentaires.

Selon des spécialistes de la Confédération, l’extension de la libre circulation des personnes à deux nouveaux pays, la Bulgarie et la Roumanie, n’entraînera pas un afflux de nomades originaires de ces deux pays en Suisse. Les ressortissants bulgares et roumains peuvent en effet se rendre en Suisse sans visa depuis 2004 déjà. Aujourd’hui, tant les gens du voyage que les citoyens sédentaires de ces pays peuvent séjourner durant trois mois en Suisse. Il faut en outre retenir que seuls environ 2% des Roms vivant en Europe de l’Est sont des nomades.L’augmentation du nombre des mendiants dans les villes suisses, décrié par les médias et la population, ne date pas d’aujourd’hui. Ce type de problème peut toutefois être réglé par de nouvelles dispositions ad hoc. Les phénomènes de ce genre n’ont pas de rapport direct avec la libre circulation sur le marché du travail au sujet de laquelle le peuple suisse se prononcera le 8 février prochain ; elles sont plutôt le baromètre de la pauvreté à laquelle les Roms des pays d’Europe de l’Est sont confrontés. La Suisse a raison de continuer à encourager les projets de développement susceptibles d’améliorer les conditions de vie de la population rom de cette région. Les gens du voyage suisses et étrangers sont touchés par le manque d’aires de transit et de stationnement qui sévit en Suisse. Seuls les Grisons (Domat/Ems) disposent d’une assez grande aire de transit pour les gens du voyage étrangers. L’absence d’aires de transit de grande superficie pousse certains groupes de nomades étrangers à s’arrêter sans autorisation sur des terrains non prévus à cet effet, ce qui provoque des conflits avec la population sédentaire et porte préjudice aux gens du voyage suisses. Il faudrait créer davantage d’emplacements sur d’anciens terrains militaires devenus la propriété des cantons. Un premier emplacement de ce genre va prochainement ouvrir dans le canton de St-Gall.


Adresse pour l'envoi de questions

Doris Angst
Directrice du secrétariat de la CFR
031 324 12 83
doris.angst@gs-edi.admin.ch


Auteur

Commissions du DFI


Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-24864.html