Ouragan Lothar: Dégâts aux forêts l’état-major de crise propose 14 mesures concrètes

Berne, 01.02.2000 - L’état-major de crise Lothar propose à la Confédération 14 mesures concrètes pour gérer les dégâts causés par l’ouragan Lothar, le 27 décembre dernier. Il s’agit en premier lieu de prévenir les risques secondaires dans les forêts et d’empêcher l’effondrement du marché du bois. Les propositions de l’état-major ont valeur de rapport d’experts. L’état-major a été mis sur pied par l’Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage (OFEFP). Il est dirigé par le Directeur fédéral des forêts M. Werner Schärer. L’OFEFP va maintenant élaborer une proposition à l’attention de la direction du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC). Le Conseil fédéral veut en effet soumettre au Parlement une « ordonnance de l’Assemblée fédérale » durant la session de mars.

L’état-major de crise a présenté aux médias aujourd’hui ses propositions pour gérer les dégâts causés aux forêts par l’ouragan Lothar. Le paquet de mesures met l’accent sur deux objectifs principaux :

  • prévention des risques secondaires : l’état-major propose d’octroyer une aide fédérale pour l’évacuation des chablis quand les arbres laissés au sol pourraient provoquer de nouveaux dégâts. Par exemple, en cas de propagation de bostryches ou si une forêt de protection ne remplit plus sa fonction et que la population ou les biens s’en trouvent menacés. Des subventions doivent être versées seulement lorsque la menace de dégâts secondaires est concrète et que le service forestier cantonal a ordonné de telles mesures. Cette règle vaut pour les forêts publiques comme pour les forêts privées. L’état-major estime que les deux tiers du bois abîmé par la tempête seront évacués et qu’un tiers sera laissé sur place.
  • promotion des ventes : le bois abattu doit aboutir sur le marché dans les meilleures conditions possibles grâce à l’organisation de centrales régionales de gestion du bois. Ces centrales doivent être subventionnées en fonction des prestations fournies et recevoir une contribution fixe par mètre cube de bois vendu. Des subventions pour l’entreposage du bois doivent aussi être prévues. Il faut aussi améliorer, à long terme, l’attrait commercial du bois en tant que matière première écologique. Un programme de promotion (Programme Bois 2000 et son programme subséquent) existe déjà. Il doit être élargi vu les circonstances particulières.

En outre, les propositions de l’état-major prévoient les mesures suivantes : entretien des forêts, remise en état des routes forestières, sécurité au travail, soutien à l’achat de bois dans le cadre de la coopération au développement, délimitation de réserves forestières, recherches fondamentales et autorisation de 40 tonnes pour l’évacuation du bois. Ces mesures et leurs coûts figurent en détails dans le tableau annexé.

Lothar coûte 600 millions à la Confédération

Le paquet de mesures proposé par l’état-major de crise devrait entraîner une dépense d’environ 420 millions pour la Confédération durant les quatre prochaines années. S’y ajoutent 60 millions de crédits d’investissement.

Outre le paquet forêt, 110 millions sont prévus pour :

  • la remise en état des chemins de fer et des routes,
  • les dédommagements pour les arbres fruitiers à haute tige abîmés,
  • l’extension du Programme « Energie 2000 ».

Une grande partie des mesures forestières pourrait être réalisée dans le cadre de la loi sur les forêts. Trois de ces mesures nécessitent cependant une « ordonnance de l’Assemblée fédérale », prévue dans la loi sur les forêts pour de telles situations. Il s’agit du financement de l’entreposage de bois, de la délimitation de réserves forestières et de l’autorisation exceptionnelle de 40 tonnes.

L’état-major de crise a aussi étudié la question du dédommagement éventuel des propriétaires de forêts privées. Une unanimité n’a pas pu se faire sur d’une proposition concrète. L’état-major recommande à la Confédération de chercher une solution pour que des aides puissent être attribuées dans les cas graves.

L’OFEFP prépare une proposition pour le DETEC

M. Willy Geiger, sous-directeur de l’OFEFP, a remercié l’état-major de crise pour le travail de grande valeur accompli en seulement un mois. Les propositions recouvrent globalement la philosophie de l’OFEFP, a-t-il expliqué. Les subventions de la Confédération doivent être octroyées de manière ciblée pour protéger les forêts encore intactes, remplacer les forêts détruites, établir des mesures de protection techniques et promouvoir les ventes de bois, une matière première écologique. Il a promis de conserver la même célérité que celle que l’état-major a eue pour gérer la crise. Durant les prochains jours, l’OFEFP va élaborer une proposition d’ «ordonnance de l’Assemblée fédérale » - basée sur les propositions de l’état-major de crise - à l’attention de la direction du DETEC. Selon le calendrier prévu, le Conseil fédéral devrait traiter le dossier à la mi-février, le Parlement à la mi-mars.



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-2459.html