Dispositif d'arrêt automatique des trains: optimalisation

Berne, 03.02.2000 - L'Office fédéral des transports (OFT) a présenté à Berne sa stratégie optimalisée relative au dispositif d'arrêt automatique des chemins de fer suisses. Les modalités d'introduction d'un nouveau système destiné aux chemins de fer suisses à voie normale ont été fixées en collaboration avec les entreprises ferroviaires et l'industrie. Concrètement, l'OFT exigera à l'avenir, à titre de norme, le système ETCS harmonisé sur le plan européen. La coordination internationale facilitera l'interopérabilité des chemins de fer. On tiendra compte ainsi d'un autre objectif de la réforme des chemins de fer, introduite en Suisse le 1er janvier 1999.

Le système d'avertissement actuel, le SIGNUM, date des années 30. Le système ZUB, qui surveille les vitesses, a été appliqué en complément du SIGNUM au début des années 90. Ces deux dispositifs ont augmenté la sécurité de l'exploitation ferroviaire, mais leur entretien coûte cher. Ils représentent en outre une solution technique isolée, propre à la Suisse, que ne connaissent pas les autres pays européens. Il s'agit maintenant de remplacer ces deux systèmes et de trouver un dispositif standardisé sur le plan international qui puisse être disponible rapidement sur le marché.

Stratégie de migration de l'OFT

Afin de mettre en place le nouveau système, l'OFT a élaboré une stratégie dite de migration qui doit faciliter le passage progressif des vieilles technologies au nouveau dispositif européen („European Train Control System“). Ce dernier sera utilisé pour les CFF, ainsi que pour tous les chemins de fer privés à voie normale qui participent à l'accès au réseau. Des mesures sont prévues tant pour les véhicules que pour les lignes. La pose des dispositifs d'arrêt automatique des trains se fera sur la base d'analyses de risques élaborées selon une méthode uniforme. Il sera ainsi possible de couvrir systématiquement les points du réseau ferroviaire suisse présentant un risque élevé. Pour le court terme (c'est-à-dire jusqu'à la fin de 2002), la stratégie de l'OFT prévoit que les chemins de fer installeront encore le ZUB sur les tronçons dangereux. Tous les véhicules de ligne CFF disposent déjà d'un appareil ZUB. Les véhicules moteurs des chemins de fer privés qui circulent régulièrement sur des tronçons protégés par le ZUB ou qui tractent des rames transportant des marchandises dangereuses en seront dotés. Cette réglementation s'appliquera aussi aux véhicules étrangers empruntant des tronçons suisses.

A long terme, seul l'ETCS sera utilisé

Afin de préparer le passage au nouveau standard ETCS, on équipe les véhicules actuels du "rucksack ETCS". Il s'agit d'un dispositif technique qui permet à l'ordinateur installé sur le véhicule (ZUB) de traiter les télégrammes envoyés par les composants ETCS de la ligne. A long terme (c'est-à-dire dès 2001 environ et jusqu'à 2010 au plus tard), les lignes seront dotées uniquement du système ETCS. La priorité sera accordée aux axes nord-sud du St-Gothard et du Loetschberg, ainsi qu'au réseau RER bernois. A l'avenir, les nouveaux véhicules sortant de fabrique seront munis de l'équipement ETCS.

Coûts et financement des mesures prévues

Des fonds provenant du budget de l'infrastructure des CFF sont disponibles pour que les tronçons des CFF soient, à court terme, équipés du ZUB. Les ressources nécessaires pour l'installer sur les lignes des chemins de fer privés (investissements d'environ 40 millions de francs) proviendront du 8e crédit-cadre. Elles seront accordées en collaboration avec les cantons intéressés, cela au titre de l'article 56 de la loi sur les chemins de fer. L'équipement des véhicules des chemins de fer privés en ZUB et en "rucksack" (43 millions de francs) sera financé de la même manière. Les coûts d'équipement des véhicules CFF (20 millions) et des véhicules des chemins de fer privés déjà munis du ZUB seront couverts à fonds perdu, après accord avec l'Administration fédérale des finances Le financement des mesures à long terme doit encore être discuté entre la Confédération, les cantons et les chemins de fer.

Marche à suivre

Les chemins de fer doivent maintenant concrétiser, en collaboration avec la Confédération et les cantons, la nouvelle stratégie de l'office pour un système optimalisé d'arrêt automatique des trains. Le programme des travaux défini à cette fin, assorti des délais, prévoit que tous les intéressés intensifieront leurs efforts sans tarder. Ainsi, avant tout travail d'installation, les chemins de fer doivent soumettre un plan technique à l'approbation de l'OFT. Les premiers projets doivent déjà être réalisés pour la période 2000-2001. Comme par le passé, les entreprises ferroviaires sont responsables de la sécurité de l'exploitation et des investissements ad hoc, cela dans le cadre des normes techniques imposées.



Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-2208.html