Conférence FAO à Rome : l’agriculture multifonctionnelle est renforcée

Berne, 06.06.2008 - Le sommet de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui s’est tenu à Rome sur la crise alimentaire et qui a réuni des chefs d'État, des ministres, des délégués et des experts de plus de 180 pays, s’est conclu par l’adoption d’une déclaration d’intention. La délégation suisse a demandé qu’une agriculture locale, durable et multifonctionnelle, l’ouverture progressive des marchés agricoles offrant des conditions équitables aux pays en voie de développement et l’encouragement de la recherche et des innovations constituent le fondement d’une production de denrées alimentaires axée sur l’avenir.

„Les défis à relever sont importants, le temps presse et ce dont nous avons besoin, ce sont des actes, non des paroles": Cette requête présentée par Manfred Bötsch, chef de la délégation suisse, n'a été qu'en partie prise en compte au cours de la Conférence. Un consensus s'est tout de même dégagé parmi les pays participants selon lequel l'aide alimentaire devait rapidement être augmentée pour que la faim dans le monde puisse être combattue sans délai. Plusieurs promesses ont été formulées dans ce sens. Il s'agit aussi d'utiliser l'offre des marchés locaux et régionaux. A plus long terme, des investissements plus importants seront nécessaires dans l'agriculture si l'on veut qu'elle puisse répondre à la demande croissante en produits alimentaires. L'encouragement d'une agriculture paysanne locale doit permettre de mettre en valeur un potentiel de production resté jusqu'ici inutilisé. Afin d'améliorer l'accès au marché, il est prévu de conclure rapidement le cycle de Doha et de créer des conditions commerciales équitables pour tous.

En ce qui concerne le changement climatique, les délégués sont unanimes: les conditions naturelles changeront au détriment de la sécurité alimentaire. Il faudra davantage d'investissements dans la recherche et le développement, pour permettre d'assurer, à l'avenir, la sécurité alimentaire. La déclaration adoptée accorde une importance particulière à la préservation de la biodiversité.

Les biocarburants et leurs conséquences sur le prix des denrées alimentaires ont suscité un débat controversé. Alors que le Brésil et les Etats-Unis notamment considèrent leur influence comme insignifiante, les autres pays voient dans la production croissante de biocarburants la cause principale de la flambée des prix mondiaux. La déclaration précise qu'il faut procéder à une analyse approfondie pour pouvoir prendre position de manière concluante sur la durabilité des biocarburants. La proposition de définir des normes internationales, présentée par la Suisse et d'autres pays, n'a pas recueilli de majorité.


Adresse pour l'envoi de questions

Jürg Jordi, responsable de la section Information, tél. 031 322 81 28


Auteur

Office fédéral de l'agriculture
http://www.blw.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-19211%20.html