Corridor ferroviaire entre les Pays-bas et l’Italie : Moritz Leuenberger participe à l’inauguration de la ligne de Betuwe

Berne, 16.06.2007 - Le lendemain de l’inauguration du tunnel de base du Lötschberg, Moritz Leuenberger a participé à celle de la ligne de Betuwe aux Pays-Bas. La nouvelle ligne ferroviaire réservée aux trains marchandises reliera le port de Rotterdam au réseau européen longue distance. En participant à cette inauguration, le chef du DETEC a exprimé l’estime de la Suisse aux Pays-Bas pour les efforts consentis en faveur de la promotion du trafic ferroviaire de marchandises.

La ligne de Betuwe a été inaugurée samedi après-midi par la reine Beatrix des Pays-Bas. Le commissaire européen aux transports, Jacques Barrot, figurait parmi les invités. L’UE a participé à hauteur de 135 millions d’euros au financement de cette ligne ferroviaire d’un coût de 4,6 milliards d’euros. Elle compte parmi les projets prioritaires du réseau transeuropéen de transport et constitue un maillon du corridor européen de transit 24 (Rotterdam-Gênes) qui passe également par la Suisse. Les ministres des transports de plusieurs pays européens ont également participé à l’événement.

Moritz Leuenberger estime que cette nouvelle ligne jouera un rôle très important pour le succès du transfert du trafic de la route vers le rail. Elle permet le raccordement à l’axe de transit nord-sud et relie directement le plus grand port européen de Rotterdam à la frontière entre l’Allemagne et les Pays-Bas près de Emmerich. D’une longueur de 160 kilomètres, elle admet des vitesses de circulation pouvant atteindre 120 kilomètres à l’heure tout en ayant une capacité de 10 trains marchandises par heure et par direction.

Les travaux de la ligne de Betuwe ont pratiquement démarré en même temps que ceux de la NLFA. A ce propos, Moritz Leuenberger a déclaré que la construction d’une ligne ferroviaire à grande capacité à travers une zone densément peuplée est, sur le plan politique, un défi aussi important que la construction d’une ligne à faible déclivité à travers les Alpes. La qualité du trafic ferroviaire de marchandises n’est pas seulement améliorée grâce aux investissements dans l’infrastructure mais par le biais d’améliorations au niveau de l’exploitation. La Suisse travaille depuis six ans en étroite collaboration avec les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Italie dans le cadre du groupe de travail IQC (International Group for Quality Improvement of Rail Freight Traffic on the North-South Corridor) afin d’écarter tous les obstacles juridiques, bureaucratiques et techniques au passage des frontières et d’améliorer ainsi la qualité du trafic international des marchandises. Les mesures mises en œuvre comprennent une simplification des formalités douanières et une diminution du temps d’attente à la frontière. L’objectif consiste également à renforcer la collaboration entre les entreprises ferroviaires des différents pays en ce qui concerne l’établissement des horaires, l’aménagement des capacités et l’amélioration de la ponctualité du trafic international de marchandises. Dans le cadre de ces mesures, les ministres des transports des quatre pays ont confirmé dans une déclaration d’intention leur volonté d’équiper le corridor ferroviaire entre Rotterdam et Gênes d’un système de contrôle des trains ETCS. Pour ce faire, les organismes nécessaires ont été créés. En ce qui concerne le matériel roulant, les autorisations devront être reconnues par les quatre pays de manière réciproque de sorte que les doubles contrôles ne soient plus nécessaires.


Adresse pour l'envoi de questions

Renseignements : Service de presse et d’information DETEC, 031 322 55 11


Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-13109.html